Vaya con Dios (troisième partie)

Ce matin, c’est le jour du départ. Coyllas, sa mère et les autres ne passeront pas par des routes ni par des villages. Ils iront à travers la neige qui est encore très haute à cette saison.

Ce matin, c’est le jour du départ. Coyllas, sa mère et les autres ne passeront pas par des routes ni par des villages. Ils iront à travers la neige qui est encore très haute à cette saison. Les sacs des lamas sont très lourds. Ils doivent transporter toutes les provisions nécessaires pour rentrer au village. Ils ont du mal à marcher. Tout le monde est fatigué à cause de la fête, de l’alcool, de la danse. Cette route n’est pas très longue, mais elle est difficile et personne ne veut aller à l’endroit où elle mène. Tout le monde espère que le sacrifice sera utile, que les récoltes seront bonnes pendant quelques années.

Coyllas attend dans la cabane. Il ne peut rien faire. S’il se blessait, ce serait une catastrophe. Ils auraient fait tout cela pour rien. Il fait très froid ce matin. Beaucoup de spectateurs sont déjà partis, mais les personnes qui restent ne veulent plus regarder Coyllas. Ils savent ce qu’il va lui arriver. Cela porterait malheur de croiser son regard. La petite troupe passe les portes. C’est le vide. Les jours se ressemblent. Beaucoup de neige, beaucoup de vent, des aigles, du froid. Deux personnes du village sont déjà mortes sur le chemin. Coyllas n’a pas froid. Il a le droit de boire le liquide sacré, une boisson qui le réchauffe. Les journées passent vite pour lui, il dort la plupart du temps. Quand ils arrivent au sommet de la montagne, Coyllas ne peut plus marcher. Cela fait plusieurs jours que les lamas le portent.

Coyllas dort. Les prêtres préparent tout. Ils font un trou dans le sol et ils versent la boisson sacrée dans plusieurs flacons. Ils réveillent le petit garçon. Ils l’habillent, lui mettent sa coiffe et ses beaux vêtements de fête. Il a beaucoup de mal à se déplacer et à tenir les lamas dans sa petite main. Il doit boire beaucoup de liquide sacré. Ça le rendra courageux. Il ne veut plus boire, ce n’est pas très bon. Mais sa mère l’allonge et lui verse le liquide dans la bouche. Il l’avale. Tout tourne autour de lui. La neige brille. Il voit des fantômes qui le poussent vers le petit trou dans la neige. Les prêtres le suivent. Ils chantent. Coyllas descend dans le trou et il s’allonge. Il s’est endormi. Sa mère prend une pelle. Elle le recouvre doucement de terre. Les prêtres chantent longtemps, puis ils s’arrêtent.

Coyllas est mort maintenant. Tout est silencieux. Sa mère, les prêtres et les autres peuvent rentrer au village par un meilleur chemin. Ils espèrent de bonnes récoltes. Coyllas restera là.


Qu’avez-vous pensé de l’histoire de Coyllas ? N’hésitez pas à faire part de vos commentaires et questions à la communauté !

Vous avez lu la version originale (envoyée par email lorsque vous vous abonnez au blog) ? Qu’en avez-vous pensé ? La lecture est-elle beaucoup plus difficile même en connaissant déjà l’histoire ?

Vous aimez ? ... Partagez !
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.