Une vie de papier – Intermédiaires – (première partie)

Mon nom est Chloé, mais je ne sais pas si tout cela a de l’importance aujourd’hui. Pour avoir un nom, il faut avoir un monde avec lequel le partager, des oreilles pour l’écouter, des yeux pour le lire, des lèvres pour le prononcer, une peau pour le sentir.

Je viens d’avoir 32 ans, mais cela non plus n’importe pas. Je n’ai que des mains virtuelles pour me dessiner un gâteau sur la toile, des bougies imaginaires pour mon souffle qui se coupe lorsque je pense à ces années qui passent.

Pourtant, mon quotidien n’est pas si mal. Je me suis fait une vie de livre, une vie de papier, douce et rassurante, une vie qui ne donne pas l’impression d’être en mouvement. Je vis au milieu des mots et des pages, chez moi, mais aussi au travail, enfin, ce qu’il en reste. Je travaille pour une maison d’édition. J’effectue des relectures, des critiques et des sélections pour des concours. J’ai aussi un blog dans lequel je commente mes lectures au fil des jours, des mois, des années. Avec les technologies modernes, je n’ai même plus à aller au bureau quotidiennement. Je me rends parfois à la maison d’édition, surtout lorsqu’ils organisent des soirées ou des déjeuners entre collègues. De nos jours, nous avons tellement peu d’occasions de nous rencontrer que ces événements ressemblent plus à un speed dating qu’à des réunions de travail.

Je ne peux pas dire que j’aime particulièrement y participer, mais j’ai le sentiment que si je ne le fais pas, je risque de me désintégrer dans un monde impalpable, un monde virtuel dans lequel je n’existerais pas vraiment. Déjà, il me semble parfois que ma vie n’est pas réelle, que je disparais chaque fois que quelqu’un referme le livre de mon histoire, chaque fois que je termine de lire les messages de plus en plus rares et de plus en plus courts que quelques-uns de mes amis prennent la peine de m’envoyer sur les réseaux sociaux.

Heureusement, il y en a un qui ne me laisse jamais me perdre totalement dans mes fantaisies et qui me rappelle que le corps n’est pas qu’une illusion devenue obsolète : Kenny, mon chat. Que je le laisse quelques heures à l’abandon, et le voilà qui étal son ventre rond sur la page que je suis en train de lire. Il est bien le seul à me rappeler à la réalité, avec mes parents peut-être, mes parents que je fuis car je ne veux pas répondre à leurs questions. Je n’ai plus vraiment de contact avec le reste de ma famille, ma sœur non plus, nous sommes si différentes. Une grande hôtesse de l’air, toujours le sourire aux lèvres, l’agenda plein de soirées. Je crois qu’elle a désespéré de me rendre “vivante”.

Bien sûr, il m’arrive de me sentir seule, chez moi, au milieu de mes livres, mais je m’y sens bien aussi. Ils m’apportent ce que tout le monde cherche : des rires, des larmes, de la passion, du réconfort, des voyages. On pourrait dire que ce n’est pas réel, mais est-ce le cas ? Dans un monde où les gens ne se parlent plus, ne se voient plus, ne s’écoutent plus, ne se touchent plus bientôt, quelle différence cela fait-il ? Les autres me lisent, ils se racontent, puis ils se ferment et ils partent. Peut-être sommes-nous tous des personnages de romans finalement, tous prisonniers de notre propre livre.


 

Point linguistique

  • Le vocabulaire du corps :
La tête Le visage
Les yeux Le nez
La bouche Les lèvres
Les bras Les jambes
Les mains Les doigts
Les pieds Les orteils
Les coudes Les poignets
Les genoux Les chevilles

 


 

À vous maintenant ! 

Présentez-vous dans les commentaires, dites ce que vous avez pensé du texte, et commentez la dernière phrase du texte. Pensez-vous que les gens ne savent plus communiquez ?

N’hésitez pas à partager le texte et votre commentaire !


 

Vous aimez ? ... Partagez !
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Dubois

    C’est l’exact vérité de notre monde moderne. Chacun dans son coin, plus
    d’échanges ni de convivialité.

    C’est l’exact vérité de notre monde moderne. Chacun dans son coin.
    Plus D’échanges ni de convivialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *