Une vie de papier (deuxième partie)

Mes yeux sont tout de suite attirés vers un livre à la couverture verte en cuir que je ne reconnais pas. C’est bizarre ! Même si j’ai des livres un peu partout et que mon appartement n’est pas bien rangé, en général, je connais bien ma collection. Je m’approche. Rien n’est écrit sur la tranche. C’est de plus en plus bizarre !

Mes journées se suivent et se ressemblent, une routine rassurante, ennuyeuse parfois. Mais je m’y suis habituée et je n’y pense plus vraiment maintenant. Ce matin, comme tous les autres jours, je me lève, je bouscule Kenny, il ne se réveille pas (si vous ne connaissez pas cette chanson, écoutez-la ici !). Je me lave le visage pour me réveiller, puis je me fais un café bien fort. Après ma douche, j’allume mon ordinateur pour commencer à travailler.

Je commence toujours par consulter mes emails pour vérifier si la maison d’édition n’a pas un travail urgent à me donner. Après, je me mets à relire le livre en cours. Au bout de plusieurs heures, quand je commence à être fatiguée, je me lève, je fais quelques étirements, et je m’occupe des courses, du linge, ou je fais un peu de ménage, pour bouger un peu.

Aujourd’hui, je n’ai pas trop de travail. Alors, à la fin de la matinée, je décide de commencer une nouvelle histoire. Je m’assois toujours dans le même fauteuil pour lire. Un fauteuil rouge, moelleux, très confortable et aussi très vieux. Je m’installe et je regarde autour de moi. Mes yeux sont tout de suite attirés vers un livre à la couverture verte en cuir que je ne reconnais pas. C’est bizarre ! Même si j’ai des livres un peu partout et que mon appartement n’est pas bien rangé, en général, je connais bien ma collection. Je m’approche. Rien n’est écrit sur la tranche. C’est de plus en plus bizarre ! Je le touche et je sens comme de l’électricité dans mes doigts. Étonnée, je retire d’abord ma main, puis je reprends l’ouvrage et retourne vite m’assoir. Je me sens protégée quand je suis dans mon fauteuil et, je ne sais pas pourquoi, ce livre m’attire et me fait peur en même temps.

Je le regarde. Rien sur la couverture verte. C’est étrange, j’hésite à l’ouvrir. Mais, je prends une grande respiration, et je l’ouvre à la première page. Soudain, je vois défiler ma journée de ce matin devant mes yeux, comme si ce n’était pas un livre mais un film. Je me vois me lever, caresser Kenny, me laver le visage, me faire un café. Je passe environ 15 minutes à lire les nouvelles, mais les minutes passent très vite, comme des secondes. Puis je prends mon petit déjeuner… Je tourne la page, et c’est la journée d’hier qui défile. La date est écrite sur le réveil. Le même rituel, le même petit déjeuner : des céréales, du lait, du jus d’orange et une pomme. Je prends une douche, je me lave les dents, et je me mets à travailler.

La page suivante répète encore la même chose, le même café, le même petit-déjeuner, le travail, de plus en plus vite. À la fin de la journée, j’éteins l’ordinateur, je m’installe dans mon fauteuil, et je lis. Encore une page, la même journée, encore et encore. Je fais une pause dans ma lecture pour commander à dîner, et quand mes yeux sont trop fatigués, je me lave les dents, j’enfile mon pyjama et je m’endors en lisant encore un peu.

Je tourne plusieurs pages. À part mes vêtements, rien ne change. Encore des pages, plus d’une année est passée, toujours la même chose. Je tourne de plus en plus vite, mais je ne vois que mes journées se répéter à l’infini. Angoissée, j’ouvre une page vers la fin du livre, les yeux fermés, je n’ose pas les ouvrir, j’ai trop peur de ce que je vais voir.

J’ouvre enfin les yeux et je me vois enfant. Je ris, je joue avec mes amis, je cours dans tous les sens. Le temps passe moins vite sur cette page, pourtant, il ne se passe pas beaucoup de choses. Je la regarde longtemps, puis je referme le livre. Il est tard, j’ai oublié de déjeuner. Je me sens à la fois triste et heureuse. Je pose le livre sur l’accoudoir et je me dirige vers la cuisine. Je ne comprends pas ce qui vient de se passer mais il faut bien manger quelque chose.


 

Point linguistique

  • Les activités quotidiennes :

Se lever, se laver (les dents), se doucher, s’habiller / se déshabiller, se coiffer, manger, cuisiner, faire le ménage, faire les courses, faire du sport, se coucher

  • Conjugaison des verbes pronominaux :
Je me lave Nous nous lavons
Tu te laves Vous vous lavez
Il/elle se lave Ils se lavent

 


 

À vous maintenant ! 

Racontez-nous votre journée dans les commentaires. Dites ce que vous avez pensé de cette suite, et si votre niveau vous le permet, imaginez ce qu’il pourrait se passer.

N’hésitez pas à partager le texte et votre commentaire !


 

Vous aimez ? ... Partagez !
Share on Facebook
Facebook
Share on Reddit
Reddit
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *